Incep cu o poezie care nu este a mea, insa care imi revine in minte in fiecare vara:   “J’ai embrassé l’aube d’été. Rien ne bougeait encore au front des palais. L’eau était morte. Les camps d’ombres ne quittaient pas ...